Logo 16-9 Blanc

Sortie de piste pour l’aérodrome ? (3/5)

Aérodrome (3/5)

L’agglomération affirme avec conviction que l’optimisation de l’aérodrome, en particulier l’extension de la piste de 100 mètres, n’a pas pour objectif d’augmenter le trafic ou de permettre l’accueil d’avions plus imposants. Mais dans ce cas, pourquoi agrandir cette piste ? Pourquoi l’agglomération ne parvient-elle pas à inspirer confiance ou à rassurer sur ses intentions ?

IDÉE DERRIÈRE LA TÊTE

D’abord, cette volonté de développer l’aviation de tourisme aux Sables d’Olonne est une idée ancienne. En effet, Pierre Mauger, maire et député des Sables d’Olonne, en parle dès 1965 !

Quelques années plus tard, Jean-Paul Dubreuil, fervent passionné d’aéronautique, propriétaire d’une compagnie aérienne et maire de Sainte-Foy, encourage également le développement de l’aérodrome.

En 2016, à son initiative, l’idée de déplacer l’aérodrome et d’élargir son activité aéroportuaire est étudiée, mais abandonnée en raison du coût élevé et des impacts environnementaux potentiels.

LES YEUX DANS LES YEUX

Par la suite, lors des débats sur l’avant-projet en 2020, Yannick Moreau, président de l’agglomération, l’affirme : il n’est pas question d’accueillir de plus gros avions sur l’aérodrome.

Aujourd’hui, les documents publiés pour l’enquête publique, révèlent que l’agglomération a envisagé l’optimisation de l’aérodrome et surtout l’extension de la piste pour développer l’aviation d’affaires jusqu’en 2022 ! Soit deux ans après !

À présent, les éléments de langage ont changé. Après le développement, puis l’optimisation, il est question de sécurisation. Le projet vise à améliorer les conditions d’exploitation et de sécurité pour les activités d’aviation légère et touristique, sans prévoir l’accueil d’avions de plus grande capacité ou de lignes régulières.

ITINÉRAIRE BIS

Alors, comment justifier l’agrandissement de la piste pour des raisons de sécurité alors qu’aucun accident n’a été causé par sa taille actuelle ? Quelle est l’utilité de cette extension de la piste ?

L’agglomération l’écrit : “la fréquentation des avions extérieurs n’est pas maîtrisable et le trafic extérieur sur l’aérodrome n’est pas de son ressort.” Mais plusieurs Pilatus PC-12 ont été repérés atterrissant aux Sables d’Olonne. Ces avions, utilisés pour le transport de passagers et de marchandises, requièrent habituellement une piste d’atterrissage de 800 à 1000 mètres. L’agrandissement de la piste : un fantasme de riverain ou une ouverture déguisée à l’aviation d’affaires ?

 

 

ON PROCRASTINE

Autre débat autour de l’extension de la piste d’aérodrome : le survol du site naturel et classé des dunes du Puits d’Enfer. Alors que l’agglomération promeut le potentiel touristique de l’aérodrome, elle semble négliger les aspirations des visiteurs pour un environnement naturel, surtout depuis la crise du COVID. La préservation de ce site semble entrer en conflit avec les ambitions de l’aérodrome.

ON REGARDE AILLEURS

Le projet de développement de l’aérodrome cristallise les enjeux écologiques de l’époque et pose la question fondamentale de l’orientation future de l’agglomération. Comme l’extension de la piste, sera-t-elle tournée vers les activités passées et le tourisme de masse, ou bien deviendra-t-elle un modèle vertueux, intégrée à son environnement et prête à relever le défi du siècle : la transition écologique ?

Anthony Bourget

L’agglomération affirme avec conviction que l’optimisation de l’aérodrome, en particulier l’extension de la piste de 100 mètres, n’a pas pour objectif d’augmenter le trafic ou de permettre l’accueil d’avions plus imposants. Mais dans ce cas, pourquoi agrandir cette piste ? Pourquoi l’agglomération ne parvient-elle pas à inspirer confiance ou à rassurer sur ses intentions ? […]